www.theatreetcinema.com
Accueil du site > 2- Nos créations/ Théâtre > 2014 > LES AFFAIRES SONT LES AFFAIRES d’Octave Mirbeau

LES AFFAIRES SONT LES AFFAIRES d’Octave Mirbeau

Un spectacle mis en scène par Rui Ferreira & Olivier Bruaux

lundi 6 octobre 2014, par Olivier Bruaux

Obsédé par l’argent et ses affaires, Isidore Lechat écrase, tel un chien dans un jeu de quilles, tout ce qui se trouve sur son passage. Pourvu qu’il ait l’ivresse du self-made man dominateur.


- Auteur : Octave Mirbeau

- Artistes 2015/2016 : Charlotte Molinari, Christine Melcer, Rui Ferreira, Dominique Oke Allogo, Gérard Cheylus, Olivier Bruaux, Franck Delage, Anthony Hornez, Mélody Mourey, Joëlle Champeyroux

► NOS DATES DE REPRÉSENTATION EN 2016

- Samedi 04 juin 2016 à 20h45
- Samedi 11 juin 2016 à 20h45
- Samedi 18 juin 2016 à 17h00
- Dimanche 19 juin 2016 à 17h00
- Samedi 25 juin 2016 à 17h00
- Vendredi 01 juillet 2016 à 20h45
- Samedi 10 septembre 2016 à 17h00

> Date par date : https://www.facebook.com/lesaffaire...

► RESERVATIONS

- Directement au Théâtre du nord ouest : 01 42 33 70 17 ou 06 88 77 24 77 ou reservation @ lesaffairessontlesaffaires .com

- 10 places exceptionnelles à 10€/pers (-56%) : http://www.billetreduc.com/124294/evtbook.htm

- Tarif normal : 23 €/pers

- Artistes 2014-2015 : Caroline Nolot, Christine Melcer, Rui Ferreira, Dominique Oke Allogo , Gérard Cheylus, Antoine Théry, Romain Héricotte, Franck Delage, Régis Bocquet, Marion Hénin

- Metteurs en scène : Rui Ferreira & Olivier Bruaux

 

► NOTE DE MISE EN SCENE

Dans un monde où triomphe le mercantilisme et où tout est à vendre et a une valeur marchande, sa puissance dévastatrice contribue à tout corrompre : les intelligences aussi bien que les coeurs et les institutions.
Chez Mirbeau, les affaires entreprises par des mercenaires sans foi ni loi, tels qu’Isidore Lechat, permettent d’accumuler, en toute impunité. Elles ne sont jamais que du gangstérisme légalisé. Isidore Lechat est un « brasseur d’affaires » et un prédateur sans scrupules, pur produit d’une époque de bouleversements socio-économiques et d’expansion mondiale du capitalisme.

Tel Midas, il transforme tout en or et en argent et constitue une puissance économique et médiatique annonçant les affairistes de l’avenir : il tient la dragée haute à la noblesse, aux gouvernants et il s’achète même à bon compte la complicité de l’Église catholique. En tant que symbole d’un système économique où les faibles sont impitoyablement écrasés sous la botte des riches. Isidore Lechat n’en possède pas moins des qualités exceptionnelles, une intuition, une lucidité en affaires et une force d’âme, qui peuvent susciter l’admiration de Phinck et Gruggh, escrocs sans envergure qui vont tenter leur chance auprès de ce riche parvenu.

Mais notre héros se révèle être un mauvais père impuissant face aux forces destructrices d’une vie nombriliste. Qui sème le vent, récolte la tempête. Son fils bien-aimé, Xavier, pourri par l’argent paternel est sa fierté mais ne peut qu’aspirer à la fainéantise tel un roi bourgeois qui ne rêve que de s’encanailler avec la noblesse. Saura-t-il entreprendre seul ? Croyant triompher face à l’amour, ce père envahissant concocte pour sa fille Germaine un "beau" mariage d’intérêt, avec un noble. Au diable le républicanisme anti-cléricale, pourvu que les Lechat atteignent les plus hautes sphères dont Isidore croit connaître les codes. Sa femme dépassée par les événements se contenterait d’une vie plus simple que celle que l’argent et le luxe lui apportent.

A cheval entre Labiche (qu’il emprunte allègrement) et le XXe siècle qu’il entrevoit comme aveuglant les hommes avides de modernité et sourds, Mirbeau nous offre une tragicomédie qui fait la part belle aux comédiens.

► NOTE DE SCENOGRAPHIE

Afin de rendre compte de l’immensité de la propriété nouvellement acquise par Isidore Lechat, il a fallu recréer deux espaces scéniques distincts, connectés mais séparés. A l’aide d’un décor simple mais sur plusieurs niveaux, nous avons travaillé sur la fluidité des déplacements et la possibilité de faire arriver les personnages de chaque recoin de la salle. La scène gagne sur la salle et rend le spectateur témoin immergé. La profondeur de champ est induite par un éclairage transitionnel et fluide relatant les 24 heures de folie que vont vivre les protagonistes de ces affaires.

Photos et événement sur Facebook

https://www.facebook.com/ilovecinema/media_set?set=a.10152419461883036.1073741830.609808035&type=3

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0